Accueil > Presse > Rappel sur l’injustice
  • Horaires prières : Paris
    (Trouver sa ville)
  • Dans 2 jours
    Demain
  • Sobh :
    05:41
    05:40
  • Shuruq* :
    07:02
    07:01
  • Dohr :
    13:52
    13:52
  • Asr :
    17:38
    17:39
  • Maghrib :
    20:40
    20:42
  • Icha :
    21:54
    21:56
Dernièrement sur Halalbook
  • Schéhérazade Hussein
    il y a 46 minutes - répondre à ce membre
    "Pardon Zara, la deuxième partie de mon commentaire, sur la laïcité concernait l’article, pas votre commentaire. Je l’adressais plutôt à l’auteur de l’article. Concernant votre commentaire, je le trouve effectivement totalement démesuré parce qu’il n’y a pas de politique d’extermination génocidaire. Ces va-t-en guerre suivent plutôt la politique de l’argent-roi, tout n’est qu’intérêt économique, les peuples qui s’y trouvent sont plutôt considéré comme des éléments secondaires mais certainement pas le but ou l’objectif de leur politique. Génocide c’est pas un mot qu’on peut balancer comme ça à la légère. L’actualité nous a aujourd’hui rappelé celui du Rwanda, où il y a vraiment eu une politique de massacre d’un peuple, les Tutsis, qu’il fallait faire disparaître du Rwanda. Comparez-donc le génocide commis par les autorités rwandaise de l’époque avec la politique du gouvernement français, et vous verrez que parler de politique d’extermination génocidaire est totalement inapproprié. Mais même si je suis en désaccord avec les termes que vous employés, je me range à vos côtés pour dire que nous n’aurions jamais dû entrer en guerre au Moyen-Orient. Jacques Chirac avait dit non à la guerre en Irak... mais malheureusement, depuis Nicolas Sarkozy, on accomplit la volonté des Etats-Unis et on se cale sur leur politique étrangère qui est source de tant de maux dans le monde."
  • Soleil inconnu
    il y a 3 heures - répondre à ce membre
    "Article 18 Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites."
  • <3
    il y a 5 heures
  • Soleil inconnu
    il y a 5 heures - répondre à ce membre
    "Salamou aleikoum, je suis entièrement d’accord avec toi zara, la plus parts des politiciens se fichent éperdument des français et ne s’intéressent qu’a eux ! Le concept même de Laïcité a été bafouée depuis bien longtemps. M valls a bien compris que pour monter dans les sondages quoi de mieux que de casser du musulman ? D’ailleurs on y a droit à toutes les sauces....IL se lève islam, mange islam, sort islam et rêve islam...C’est une veritable obsession !!! Non seulement d’avoir jeter à l’eau la laïcité celle-là même qu’il chérissait , il a noyé ses principes, son humanisme et son intégrité au profil des sionistes qui tiennent ce pays une France judéo-chrétienne nous dit-on. Voici une vidéo mémorable de ce cher M valls quand il n’était encore qu’un simple citoyen qui prônait des valeur nobles, justes... loin loin cette époque ! Manuel Valls, le fameux discours pro Palestinien de 2008 complet https://www.youtube.com/watch?v=Yaa..."
  • zara zefizef
    il y a 5 heures - répondre à ce membre
    "Enfin, je pense que nous sommes actuellement gouvernés par des incompétents qui n’hésitent pas à exposer nos vies en disant si je reprends les paroles de flanby "je suis parti en guerre" et en essayent de nous faire croire qu’il agit pour notre sécurité. S’il est vraiment pour notre sécurité qu’il arrête de s’initier dans des pays où nous n’avons rien à y faire. Il agit uniquement pour ses propres intérêts et rien d’autre."
  • zara zefizef
    il y a 5 heures - répondre à ce membre
    "Un article de Libération qui explique bien à mon avis la situation dans laquelle nous nous trouvons : "16 novembre 2015 "Le retour du boomerang" A lire, ci-dessous, une tribune publiée dans Libération lundi par le Professeur Jean-François Bayart, sous le titre bien inspiré « Le retour du boomerang ». Et merci à Latuff pour son illustration. « Le retour du boomerang », par Jean-François Bayart Les origines de ce 13 novembre sont aussi à chercher du côté de la politique étrangère de l’Europe et de la France ces quarante dernières années. La démission de l’Europe sur la question palestinienne, l’occasion manquée avec la Turquie que l’on aurait pu si facilement arrimer à l’UE, l’alliance de la France avec les pétromonarchies… sont autant d’erreurs qui n’ont fait qu’aggraver le désastre et nourrir rancœur et radicalisation au Proche-Orient. Au-delà de la polémique électoralement intéressée, et assez indigne, sur les mesures de sécurité prises, ou mal prises, par le gouvernement, la classe politique, les médias, l’opinion elle-même devraient s’interroger sur leurs responsabilités de longue durée dans le désastre que nous vivons. Celui-ci est le fruit vénéneux d’un enchaînement d’erreurs que nous avons commises depuis au moins les années 1970, et que nous avons démocratiquement validées dans les urnes à intervalles réguliers. La démission de l’Europe sur la question palestinienne, dès lors que sa diplomatie commençait là où s’arrêtaient les intérêts israéliens, a installé le sentiment d’un « deux poids deux mesures », propice à l’instrumentalisation et à la radicalisation de la rancœur antioccidentale, voire antichrétienne et antisémite. L’alliance stratégique que la France a nouée avec les pétromonarchies conservatrices du Golfe, notamment pour des raisons mercantiles, a compromis la crédibilité de son attachement à la démocratie – et ce d’autant plus que dans le même temps elle classait comme organisation terroriste le Hamas palestinien, au lendemain de sa victoire électorale incontestée. Pis, par ce partenariat, la France a cautionné, depuis les années 1980, une propagande salafiste forte de ses pétrodollars, à un moment où le démantèlement de l’aide publique au développement, dans un contexte néolibéral d’ajustement structurel, paupérisait les populations, affaiblissait l’Etat séculariste et ouvrait une voie royale à l’islamo-Welfare dans les domaines de la santé et de l’éducation en Afrique et au Moyen-Orient. Son alliance avec les pétromonarchies arabes a aussi conduit la France à appuyer diplomatiquement et militairement la guerre d’agression de l’Irak contre l’Iran (1980-1988) et à ostraciser ce dernier, alors qu’il représente, avec la Turquie, le seul môle de stabilité étatique de la région, qui détient l’une des clefs de la résolution de la plupart de ses conflits, comme nous le découvrons aujourd’hui au Liban et en Syrie. La même désinvolture a présidé à la politique de la France à l’égard d’Ankara. Au lieu d’arrimer la Turquie à la construction européenne, Paris l’a snobée, au risque de perdre toute influence auprès d’elle, de favoriser sa « poutinisation » et de l’abandonner à ses liaisons dangereuses avec des mouvements djihadistes. Non sans cynisme, la France a joué pendant des décennies la carte de l’autoritarisme en Algérie, en Tunisie, en Egypte, en Syrie, en Irak en y voyant un gage de stabilité, en s’accommodant de la polarisation ethnoconfessionnelle sur laquelle reposaient souvent ces régimes, en espérant que les peuples se résigneraient éternellement au despotisme que l’on estimait congénital en terre d’islam, et en laissant à celui-ci le monopole de la dissidence, rendant ainsi les successions autoritaires inévitablement chaotiques. Une cocotte-minute qui explose, ce n’est jamais beau à voir. Après avoir conforté les dictatures, la France s’est lancée avec puérilité dans l’aventure démocratique sans voir à quel point les sociétés avaient été meurtries par des décennies d’assujettissement, et en sous-estimant la froide détermination des détenteurs du pouvoir. Puis, pour résoudre d’un bombardement magique les problèmes qu’elle avait contribué à envenimer au fil des ans, elle est à son tour entrée en guerre en suscitant de nouvelles inimitiés sans avoir les moyens de s’en préserver. Les situations inextricables de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Syrie, de la Libye ne sont que la résultante de ces erreurs de calcul, ou de ces calculs à courte vue. Sans doute annoncent-elles ce que nous réserve la restauration autoritaire en Algérie (dès 1991) et en Egypte (en 2014). A l’aveuglement et aux inconséquences, nous avons ajouté le déshonneur par le traitement que nous avons réservé aux réfugiés qui fuyaient les guerres que nous (ou nos alliés) avions déclenchées, en Libye et en Irak, et les autoritarismes que nous avions soutenus. Sur le plan intérieur, le bilan est aussi accablant. Pendant que nos politiques économiques néolibérales produisaient un chômage de masse et la désindustrialisation, nous avons restreint le débat public à des questions identitaires oiseuses en courant après l’extrême droite qui en faisait son miel électoral. Pas un homme politique – hormis peut-être Dominique Strauss-Kahn en 2006, pendant sa campagne pour les primaires du PS – n’a tenu un langage de vérité sur l’immigration depuis des lustres. Au lieu de tirer avantage de ce formidable atout que représente le biculturalisme de nombre de jeunes Français, nous avons rejeté une partie importante, et bien délimitée, de ceux-ci – à savoir les musulmans – dans la marginalité, et nous avons douté de leur appartenance à la nation, ce dont certains d’entre eux ont fini par douter eux-mêmes. Des présidents de la République, des ministres, des hauts fonctionnaires ont proféré en toute impunité des paroles indignes et anticonstitutionnelles, tandis que les médias ouvraient grand leurs antennes, leurs écrans et leurs colonnes à des plumitifs racistes ou ignorants érigés en penseurs. L’asphyxie financière de l’école, de l’Université, de la recherche publique, et le poujadisme anti-intellectuel dont a fait preuve à leur encontre la droite oublieuse que la République dont elle se gargarise avait été celle des professeurs et des instituteurs, à la fin du 19e siècle, nous a privés des moyens de comprendre ce qui est en train de nous arriver. Maints analystes avaient pourtant annoncé, depuis longtemps, que nous courions droit dans le mur. Nous y sommes, bien que celui-ci, comme toujours dans l’Histoire, prenne un visage inattendu. Un examen de conscience s’impose à tous, car ces erreurs, qui nous reviennent en plein visage comme un boomerang, ont été commises à l’initiative de toutes les majorités qui se sont succédé au pouvoir depuis les années 1970. Si Sarkozy a sans conteste été le plus mauvais président de la République qu’ait connu la France, Giscard d’Estaing, Chirac, Mitterrand et Hollande se partagent la paternité de la politique suivie. Or, nous avons les dirigeants que nous élisons, et les médias que nous achetons. En bref, nous sommes responsables de ce qui nous arrive. Seul un retournement radical pourrait nous en sortir : la remise en cause de la financiarisation du capitalisme qui détruit le lien social, créé la misère de masse et engendre des desperados ; une politique de sécurité qui privilégie le renseignement humain de qualité et de proximité plutôt que la surveillance systématique, mais vaine, de la population ; le rétablissement et l’amplification des libertés publiques qui constituent la meilleure riposte à l’attaque de notre société ; la révision de nos alliances douteuses avec des pays dont nous ne partageons que les contrats ; et surtout, peut-être, la lutte contre la bêtise identitaire, aussi bien celle d’une partie de notre propre classe politique et intellectuelle que celle des djihadistes. Car les Zemmour, Dieudonné, Le Pen, et Kouachi ou autres Coulibaly sont bien des « ennemis complémentaires », pour reprendre le terme de l’ethnologue Germaine Tillion. L’alternative est claire, à trois semaines des élections, et elle est politique, au sens plein du mot. Soit nous continuons à laisser ces phares de la pensée et leurs experts sécuritaires nous guider vers le gouffre, et notre prochain président de la République sera un Viktor Orban, peu importe qu’il soit de droite ou de gauche pourvu qu’il nous rétracte identitairement. Soit nous conjuguons notre autodéfense avec la conquête de nouvelles libertés, comme avait su le faire, à une époque plus tragique encore, le Conseil national de la Résistance, pendant la Seconde Guerre mondiale. Telle serait la vraie réponse aux crétins assassins et aux histrions." Jean-François Bayart, Professeur à l’IHEID (Genève), directeur de la chaire d’Etudes africaines comparées (UM6P, Rabat).A notamment publié L’Islam républicain. Ankara, Téhéran, Dakar (Albin Michel, 2010). Source : http://www.liberation.fr/debats/201..."
  • zara zefizef
    il y a 5 heures - répondre à ce membre
    "Je me permets de vous envoyer ce texte en hommage à ce petit jeune réfugié syrien échoué sur une plage (paix à son âme) et eh hommage à toutes ces victimes innocentes échouées en mer à cause de notre politique étrangère : "FALLAIT PAS ! Fallait pas jeter le linceul de la guerre sur ces contrées martyres ! Fallait pas la guerre ! Et maintenant l’image de cet enfant, de ce déjà corps d’enfant échoué sur la plage de Bodrum me déchire les yeux, me fermente de colère. Je suis en colère, je suis en rage contre les surpuissants de la terre. C’est vous ! C’est totalement vous qui avez fertilisé la géhenne par votre regard de spadassin et par vos armées envoyées. Cet enfant que les vagues auront été dernières à bercer, il est un. Un parmi les milliers d’invisibles déchiquetés, brulés, rejetés. Il est un parmi les horribles fruits de la guerre. Votre guerre. Notre guerre. Ces morts sont nos morts. Ce malheur est notre malheur. Cette inhumanité est notre inhumanité. Ce sont nos bombes qui tuent. Ce sont nos obus qui perforent. C’est notre fric qui domine et écrase. C’est notre regard qui impose. Oui nous sommes pères de Daesh et autres barbares parce que nous les avons enfantés. Nos interventions humanitaires armées ont été bien fécondes, bien prolifiques. Nous, les intelligents, les modèles à suivre, les valeurs à prendre, avons été bien moyenâgeux ! Revenir à la guerre pour solution ! Sombres crétins ! Kant, Jaurès, Hessel sont piétinés sur les plages ensanglantées. Et maintenant cet enfant au souffle des vagues, cet enfant qu’il est si horrible d’admettre qu’il est mort... La mer, plus humaine que nous, tente de lui insuffler les dernières souplesses de son corps. Et elle nous le rend. Nous avions été des millions à clamer qu’il ne fallait pas. Il ne fallait pas en Irak. Il ne fallait pas. Ils l’ont fait, et encore, et encore. Partout, notre monde s’embrase. Le couvercle de la boite de Pandore a été ouvert, pulvérisé. La guerre se propage, les éclaboussures de sang entrent dans nos trains, nos musées, nos journaux... Nous allons « accueillir » 100 000, 200 000... migrants et continuer la guerre, continuer à dominer, continuer à imposer. Nos valeurs sont si grandes. Nos valeurs sont si belles. Mais nos valeurs n’imaginent même pas comment refermer le couvercle de la boite de Pandore. Nos valeurs puent le fric et ne sont rien d’autre. Pour que nos enfants ne s’ajoutent à cet enfant des flots bleus, il serait grand temps que nous regardions dans les yeux ces valeurs qui sont les nôtres." Serge Grossvak Deuil la Barre, le 03/09/2015"
  • zara zefizef
    il y a 6 heures - répondre à ce membre
    "Salam Schéhérazade, je ne suis absolument pas dans la démesure, je n’ai jamais dit que valls jette à l’eau la laïcité, je dis simplement que c’est eux avec leur politique d’envahisseurs et d’exterminateurs génocidaire comme on peut le voir actuellement dans beaucoup de pays à majorité musulmane qui crée le terrorisme tout comme les américains et autres impérialistes."
  • zara zefizef
    il y a 6 heures - répondre à ce membre
    "Burkini : le Conseil d’Etat suspend l’arrêté de Villeneuve-Loubet [M6info] M6info26 août 2016 https://m6info.yahoo.com/sy/ny/api/... Photo : AFP Une décision qui devrait faire jurisprudence. Nouveau rebondissement dans la polémique sur le burkini. Le Conseil d’Etat vient de décider, vendredi 25 août, la suspension de l’arrêté de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) qui interdisait le fameux vêtement de baignade sur les plages. Une décision qui devrait s’appliquer à tous les autres arrêtés adoptés par les maires sur la question et faire jurisprudence. La plus haute juridiction administrative avait été saisie en urgence par la Ligue des droits de l’homme (LDH) et le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), pour qui ce type d’arrêté, pris dans plusieurs dizaines de villes balnéaires depuis fin juillet, est “liberticide”. Les maires à l’origine de ces arrêtés invoquaient des risques de troubles à l’ordre public. “A Villeneuve-Loubet, aucun élément ne permet de retenir que des risques de trouble à l’ordre public aient résulté de la tenue adoptée en vue de la baignade par certaines personnes”, explique le Conseil d’Etat dans un communiqué avant de préciser : "En l’absence de tels risques, le maire ne pouvait prendre une mesure interdisant l’accès à la plage et la baignade.“ Rappel des faits Après l’annulation d’une journée destinée aux femmes porteuses de burkini dans une piscine de Marseille, la polémique sur le maillot couvrant intégralement le corps a eu vite fait de marquer cet été. Arrêtés municipaux en cascade David Lisnard, le maire LR (Les Républicains) de Cannes, dans les Alpes-Maritimes, a pris le 28 juillet un arrêté municipal interdisant le port du « burkini » sur les plages de la ville jusqu’au 31 août. “Une tenue de plage manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse alors que la France et les lieux de culte religieux sont actuellement la cible d’actes terroristes, est de nature à créer des risques de troubles à l’ordre public”, précise le texte de l’arrêté. “L’accès aux plages et à la baignade sur la commune de Cannes sont interdits […] à toute personnes n’ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs de la laïcité, respectant les règles d’hygiène et de sécurité des baignades adaptées au domaine public maritime”, est-il aussi écrit. Dès lors, les choses se sont enflammées. Par la suite, une trentaine de communes françaises - particulièrement dans le Var et les Alpes-Maritimes, ont pris des mesures analogues. La question stigmatise alors les tensions et les débats dépassent les frontières alors que de nombreux journaux étrangers remettent en cause le bien-fondé de ces décisions. Une polémique qui dépasse les frontières Jeudi 25 août, à Londres, une manifestation contre les arrêtés anti-burkini se déroule : "Je suis ici aujourd’hui, car je trouve que c’est une honte d’obliger une femme musulmane à se déshabiller en public”, témoigne une manifestante. De son côté, la presse britannique n’est pas tendre avec la décision de certains élus français : “5 raisons de porter le burkini et pas seulement pour embêter les Français “, titrait notamment le quotidien The Guardian. Manuel Valls soutient les maires Manuel Valls, lui, soutient les arrêtés décidés par les maires. Face à Jean-Jacques Bourdin, sur RMC, le Premier ministre dira : “ Un foulard est un foulard, un burkini est un burkini, une burqa est une burqa. C’est pour moi un symbole d’asservissement de la femme comme si la femme dans l’espace public était impudique”. Une position qui divise, même dans son propre camp. Des dérives ? Très vite, ces mesures anti-burkini sont jugées stigmatisantes par une partie de la population, voire clairement islamophobes. L’affaire prend une tournure encore plus électrique lorsque, le 23 août dernier, une série de photos publiées notamment dans le Daily Mail montre une femme vêtue d’une tunique et d’un turban bleu se faire interpeller par trois policiers, à Nice, et contrainte de retirer son vêtement. Il ne reste plus qu’aux femmes voilées d’agir afin que les amendes injustement imposées soient annulées, BOUGEZ VOUS au lieu de SUBIR et de vous positionner en victimes."
  • Antar (administrateur)
    il y a 6 heures
    Le Conseil d’Etat statut enfin sur les arrêtés mis en place dans différentes communes pour interdire le port du burkini sur les plages. Ce vendredi 26 août, le Conseil d’Etat vient d’invalider l’arrêté “anti-burkini” de Villeneuve-Loubet dans les Alpes-Maritimes. Un groupe de trois juges a examiné les requêtes déposées par la Ligue des droits de l’homme (LDH) et le Comité contre l’islamophobie en France...
  • Schéhérazade Hussein
    il y a 7 heures - répondre à ce membre
    "Voilà, c’est officiel, les arrêtés anti-burkini sont liberticides ! Le conseil d’Etat à suspendu l’arrêté de Villeneuve-Loubet. Je suis contente qu’aucun heurt n’ait eu lieux et que les musulmans ont préféré s’en remettre à la Justice !"
  • Schéhérazade Hussein
    il y a 8 heures - répondre à ce membre
    "Zara Zefizef, vous êtes un peu dans la démesure il me semble. Attention à ne pas devenir contre Manuel Valls, assez coutumier des exagérations gargantuesques et grotesques ! Pourquoi dites-vous que Manuel Valls jette à l’eau la laïcité ?"
  • Schéhérazade Hussein
    il y a 8 heures - répondre à ce membre
    "Très beau, très émouvant. Merci d’avoir partagé ! Et très bel article aussi."
  • Schéhérazade Hussein
    il y a 8 heures - répondre à ce membre
    "Que les femmes aillent sur les plages interdite en Hjab oui, si elles le veulent, parce que rien ne nous l’interdit. Qu’elles aillent en Burkini sur les plages ou pour l’instant c’est interdit, je trouve qu’il ne faudrait pas ! Et pourquoi emmener les hommes ?, pour qu’il y ait un affrontement avec la police en défiant l’interdit ? Pour chercher la violence ? Attendons d’abord la décision de la justice (le Conseil d’Etat se prononce aujourd’hui à 15h !), et si jamais l’interdiction est maintenue, aux prochaines élections municipales nous nous en souviendrons. En attendant, mes frères et sœurs, ne faites rien qui ne plairait pas à Allah ou au Prophète en usant de la violence. Ne laissez pas la haine dans vos cœurs (pas même avec une ""excuse"" miroir). Le burkini somme toute n’est qu’un détail qui ne mérite pas qu’on se comporte mal pour le défendre."
  • zara zefizef
    il y a 9 heures - répondre à ce membre
    "C’est votre politique d’extermination génocidaire et destructrice qui crée le terrorisme"
  • zara zefizef
    il y a 9 heures - répondre à ce membre
    "Salam, 26 août 2016 Football : Les racistes du Beitar éliminés et les drapeaux palestiniens plébiscités à Saint-Etienne ! (Photos) deliciousfacebookgoogleprintertechnoratitwitteryahoobookmarks Ce ne fut pas la fête pour les racistes du Beitar jeudi soir dans le stade Geoffroy Guichard de Saint-Etienne. Avec un joueur expulsé des les premières minutes, et des coups de pied par ci par là sous les huées du public, ils ont passé les deux mi-temps sous les sifflets et les quolibets, tandis que des drapeaux palestiniens étaient déployés un peu partout dans les tribunes, tout au long de la partie. http://www.europalestine.com/local/... http://www.europalestine.com/local/... http://www.europalestine.com/local/... http://www.europalestine.com/local/... http://www.europalestine.com/local/... http://www.europalestine.com/local/... http://www.europalestine.com/local/... http://www.europalestine.com/local/... De grandes banderoles les traitant de racistes en anglais sont même restées très longtemps brandies à l’intérieur du stade. (All racists are bastards : Tous les racistes sont des salauds) http://www.europalestine.com/local/... (Beitar stupide et raciste) Sans compter les T.SHirts : http://www.europalestine.com/local/... http://www.europalestine.com/local/... et même mieux : http://www.europalestine.com/local/... Après avoir perdu 1 contre 2 au match aller, leur agressivité ne leur a pas davantage permis de marquer jeudi soir contre Saint-Etienne (0-0), mais ces racistes fanatiques ne devraient même pas être autorisés à participer à des compétitions sportives. Comme pour les équipes de rugby sud-africaines du temps où elles représentaient le régime d’apartheid, c’est l’exclusion de toutes les compétitions européennes et internationales qui doit sanctionner l’occupant israélien. Un excellent rassemblement unitaire de plusieurs centaines de personnes, avec la participation de nombreuses associations, s’était tenu juste avant le match sur la place de l’Hôtel de Ville de Saint-Etienne : http://www.europalestine.com/local/... http://www.europalestine.com/local/... http://www.europalestine.com/local/... http://www.europalestine.com/local/... http://www.europalestine.com/local/... http://www.europalestine.com/local/... CAPJPO-EuroPalestine"
  • Schéhérazade Hussein
    il y a 9 heures - répondre à ce membre
    "Bonjour, sans vouloir défendre ou justifier les propos de monsieur Woerth, je précise juste que le personnel religieux est généralement exclu des lois (ou propositions) ayant un lien avec la tenue vestimentaire et la laïcité."
  • fathri memmou
    il y a 12 heures - répondre à ce membre
    "il faut que toutes les femmes aillent sur les plage interdite soutenu par des hommes pour les defendre de la police inchallah"
  • Antar (administrateur)
    il y a 18 heures
    Le Premier ministre Manuel Valls était l’invité de Jean-Jacques Bourdin ce jeudi 25 août, dans l’émission “Bourdin direct”. Se positionnant en expert de la théologie et en féministe engagé, le Premier ministre livre un discours décousu qui vise encore une fois à stigmatiser les Français musulmans. [ Ne manquez plus aucune info et rejoignez vite HBK sur Facebook en cliquant ICI ! ] Il alimente sa...
  • Z. S.
    il y a 18 heures
    Pendant que la France profonde replonge dans ses années sombres d’avant guerre où le “juif” d’hier est irrémédiablement remplacé par le “musulman” d’aujourd’hui, le lynchage médiatique et politique des citoyens de confession musulmane se poursuit honteusement. [ Ne manquez plus aucune info et rejoignez vite HBK sur Facebook en cliquant ICI ! ] Transformés en slogan de campagne, l’Islam et les...
Sondage
Vos enfants (ou proches) fréquent-ils un établissement scolaire musulman ?

Halalbook sur Twitter
Halalbook sur Facebook